Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



            Je me permets ce matin une critique du discours d'hier soir de notre président. Jusqu'où peut-on souffler le froid et le chaud en même temps, jusqu'où peut être aussi incohérent en actes et en paroles ? Serait-ce pour endormir les citoyens français et tenter par là de "contenter tout le monde en apparence" pour mieux agir en profondeur sans que personne n'y prenne garde ?

              Notre président dit, je cite: " 
Il a ainsi estimé que la crise actuelle mettait fin à une "certaine idée de la mondialisation et à l'idée "folle" selon laquelle les marchés ont toujours raison."  Or, là où il est permis de s'interrroger sur sa sincérité c'est rappelons-le  lorsque l'on a assisté pas plus tard que la semaine dernière à l'annulation pure et simple des mesures écologiques prévoyant  des taxes nouvelles sur certains produits, lesquelles étant destinées à modifier nos comportements. Ces projets ont été "balayés", nous le savons par l'intervention du patronat, des puissances fiancières;, alors que doit-on vraiment penser ?
M Sarkozy est allé jusqu'à en faire la promotion, visez plutôt; quant au ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, qui était aussi présent, il a pu entendre M Nicolas Sarkozy promettre l'extension du système du bonus-malus visant à encourager la production et l'utilisation de produits "propres" - un système critiqué à Bercy et au sein de l'UMP  de quoi manger votre chapeau M Borloo ...

                
Concernant l'aspect économique M le Président  a ainsi confirmé la suppression de 30.600 emplois dans la fonction publique en 2009.
 
                
Aussi me permettez-vous de m'insurger ! 

                 Lorsque l'on veut redresser un pays on commence par donner l'exemple or, au risque de me répéter, j'estime que des millions d'euros peuvent être économisés par nos simples élus qui s'octroyent des avantages dignes d'une royauté; quelques exemples issues d'une récente emission tv animée par Mlle Marie Drucker.

                 Les travailleurs de ce pays cotisent pour leurs retraites en général 40 ans pour avoir une pension correcte. Cependant nos élus s'il sont parlementaires 10 ans ont, avec une cotisation double, (mais au vu de lers avantages cela ne pose pas de problème) auront cotisé en 10 ans la valeur du fançais moyen en 40 ans, normal non ? Et dire qu'on a pas touché aux régimes spéciaux, et pour cause !

                 Si l'on évoquait tous les avantages de nos parlementaires, nourriture, tranpsort, hébergement, allocation pour collaborateur; ainsi leur rémunération n'est en sorte que de l'argent de poche et quelle somme ...
                 Si un gouvernement veut réformer de façon crédible le pays, il doit d'abord commencer par là. Nous sommes aujourd'hui dans un système que j'apellerais "néo-capitalo-monarchique" aux apparences démocratiques.

                  Peut-être qu'une révolution intellectuelle sera nécessaire ?




Tag(s) : #Réflexion

Partager cet article

Repost 0